NEPAL

Voir la page pratique

 

 

 

 

___ Trajet mars 2018

 

 

Capitale :  Kathmandu                             Langue :  Népali                        Monnaie : Roupie népalaise =  Rs

                                             

Superficie : 140 000 km²  1/4 de la France)                                               Population : 29 300 000 hab  soit 200 000 hab / km² 

 

  

    

                                                                               

Entrée le dimanche 11 mars 2018  Lumbini   ciel bleu, 30° /  23°

 

Formalités rapides à la douane (panneau jaune et bleu) - le visa se fait sur place (voir P pratique) et les douaniers nous tamponnent le CPD sans même contrôler les numéros.  Nous achetons une carte SIM juste en face et nous entrons dans le pays sans autre contrôle.

 

 

Si la plupart des visiteurs viennent au Népal pour ses fantastiques possibilités de trekking, c'est aussi le pays qui a vu naitre le Bouddha

C'est aussi le métissage de 2 religions, la beauté de l'hindouisme et la sagesse du bouddhisme.

Nous ne pensions pas forcément visiter le site Bouddhique de Lumbini, (patrimoine de l'Unesco), mais  il se trouve pratiquement sur notre route et la journée étant déjà bien avancée, le parking du site fera un excellent bivouac.

 

 

C'est dans les jardins sacrés de Lumbini, il y a près de 2500 ans, que la reine Mayadevi mis au monde le Bouddha. Et il est pas beau notre bébé bouddha ????

 

 

 

Sur une vaste zone de 5 km², chaque pays abritant une communauté bouddhiste à la possibilité de construire une pagode ou un monastère. les constructions ont commencé il y près de 30 ans et se continuent aujourd'hui. Vous ne  verrez pas celle de la France, (pas très belle), par contre le "Great Lotus Stupa" d'Allemagne et ses jardins sont magnifiques.

 

 

 

 

Promenade sympa le long du canal qui relie le jardin sacré à la "Pagode de la paix".

 

 

Le lendemain, nous allons jusqu'au village pour déjeuner au resto et retirer des espèces  - le resto du Routard n'existe plus (mais il y en des dizaines d'autres) et les ATM ne veulent pas nous cracher de roupies ???? Heureusement, nous avons un peu de cash que nous changeons.

Plusieurs loueurs de vélos pour un prix dérisoire - dommage que nous ne soyons pas venu avant car nous avons beaucoup marché.

 

 

Comme il nous reste 2 bonnes semaines avant nos "vacances" en France et nous pensions passer par Pokara pour y faire quelques balades avant de rejoindre Kathmandu.   Mais notre ami Saila Sherpa (qui a fait plus de 7 saisons à Avoriaz) vient de nous appeler pour nous informer qu'il va bientôt partir avec un groupe, alors direction Kathmandu d'abord.

Nous attaquons assez rapidement les routes  de montagne jalonnées de forêts de teck. Les  villages ont l'air plus propres et aérés et un peu moins bordéliques qu'en Inde.

 

Avec ses grandes prairies, les terrains de foot dans les villages et les nombreuses rivières qui coulent dans les vallées, la région semble plus propice aux bivouacs sauvages. En milieu de journée, nous trouvons d'ailleurs facilement un bivouac sympa et tranquille sur les rives de la Naryani.

 

 

 

Mercredi 14 mars 2018    Bandipur   beau temps   26° / 

 

En route vers Bandipur sur la route de Kathmandu - d'énormes travaux dans la montagne, piste défoncée, 22 km/h de moyenne et pourtant, il y a encore du goudron sur quelques tronçons !

 

 

Dans de nombreux endroits, des ponts suspendus traversent les fleuves encaissés afin de desservir les petits villages qui subsistent grâce à des cultures en terrasse

 

 

 

Nous croisons www.ez1.global  avec leur camion MAN que nous avons connu à Salalah,  au sud du Sultanat d'Oman. D'ici un mois, ils vont poursuivre leur route en direction de l'Australie (via Myanmar - Thaïlande - Malaisie - Indonésie) en compagnie du groupe "Sea Bridge", une vingtaine de véhicules.

A peu de choses près, l'itinéraire que nous voudrions suivre - sauf que pour eux, la traversée de la Thaïlande ne pose aucun problème, l'organisation  ayant obtenu une autorisation spéciale.

 

Nous faisons un détour par la montagne, un détour qui se mérite. Petite route de montagne - départ à 400 m d'altitude,  8 kms de grimpette, quelques sévères épingles et nous atteignons le vieux village de Bandipur, perché à 1000 m d'altitude.

 

 

 

 

Typiquement newar, (premiers habitants de la vallée de Kathmandu) il a conservé ses maisons traditionnelles, ses boiseries sculptées et ses temples-pagodes disséminés tout au long du village.

 

 

 

Les femmes au boulot, les jeunes filles à l'école - d'ailleurs, ici tout le monde parle l'anglais !

 

Vendredi 16 mars 2018  Kathmandu   1400 m  grosse pluie dans la nuit, puis beau temps    26° / 12° 

Beaucoup de circulation sur la route Pokhara / Kathmandu - principalement des bus, mini bus  et  camions, très peu de voitures particulières au Népal. Pour doubler, c'est du sport, même avec les conseils avisés du copilote !!! Quant aux dessins sur la route, ils ne laissent aucun doute sur les idéaux politiques dans la région !

Plusieurs personnes nous ont dit : "évitez Kathmandu, si vous n'avez rien à y faire", pas de chance, on a plusieurs choses à y faire :  trouvez un "storage" pour l'été, des poubelles, remplir la bouteille de gaz, faire de l'argent, le plein d'eau, la lessive, la vidange et quelques courses.

Mais maintenant on comprend pourquoi : dès l'entrée de la ville, toutes les routes sont en chantier, défoncées, poussiéreuses -  ça saute, ça bouchonne et la poussière recouvre tout - les étalages  des magasins sont couleur poussière et nous, on roule clim en marche et fenêtres fermées pour éviter de nous transformer en antiquité ; déjà que nous ne sommes pas tout jeune !.

Dans la ville, seules les grandes artères sont goudronnées....le mythe du Kathmandu hippie des années  60/70 à du plomb dans l'aile!

Ce matin, nous avons rendez vous avec Saila Sherpa pour le storage du Sprinter - il a déjà repéré 2 ou 3 endroits - le premier est couvert mais trop bas, par contre la station service, couverte dans une petite rue, nous convient parfaitement. Pour le gaz, c'est plus compliqué car ici le détendeur est fixé directement sur la bouteille et m'empêche de transvaser. Pour l'eau, c'est pas simple non plus  car ils n'ont l'eau qu'un jour par semaine, chacun son tour - c'est quand même un comble pour une ville au pied des plus hauts sommets du monde !!!!! On achète des bonbonnes de 20 litres et on transvase.

Après ces quelques corvées, Saila nous invite à déguster un repas préparé par sa femme et là on apprécie, juste assaisonné à souhait.

Maintenant Saila doit préparer sa prochaine expédition et nous, trouver notre prochain bivouac - et la commence la galère !!!

Nous rejoignons un parking (il n'en existe qu'1 ou 2 au centre ville) et le gardien nous demande de nous stationner sur un tas d'ordures et nous réclame 16 € les 24h...et encore nous dit-il, il nous fait un prix, ça fait un peu cher les ordures !!! Ah, au fait, on a toujours pas trouvé de vraies poubelles et ça commence à puer dans la casbah !

 

On décline et on se rend sur les coordonnées d'un autre parking données par des amis voyageurs - de parking, on en trouve point, mais on se fait une visite de la vieille ville en C-Car !!! Je roule au pas (lorsque nous pouvons avancer), on doit sans cesse vérifier que le toit n'accroche pas les balcons, que nos roues n'écrasent pas les piétons et que les motards couchent un peu leurs motos pour que les guidons ne touchent pas ! Heureusement que notre Sprinter ne fait que 2,10 m de large, sinon on restait coincé !!!!

Bref, après 1 heure de stress abominable, on se retrouve à la case départ...sur notre tas d'ordures !!!! Moralement, on est épuisé.

Dans l'après midi on se refait la vieille ville, mais à pied cette fois, comme tout le monde. Le quartier Thamel grouille de boutiques, de vendeurs ambulants de d'échoppes populaires entrecoupés de temples, du plus basique au plus sophistiqué, mais toujours très fréquentés.

Je crois que dans le concours du meilleur électricien, ceux de Kathmandu pourraient prétendre à une marche sur le podium !!!

On trouve enfin des laveries à prix raisonnable - 4 kg de linge pour 400 Rs (3 €) - ça doit bien faire 2 mois que nous n'en avions plus trouvé une !!!!

Au quatrième ATM, la machine finit par nous cracher quelques billets - ici, il faut être persévérant !!!

Ce matin, après une bonne nuit sur nos poubelles, nous prenons un rickshaw pour aller à Durbar square, le centre historique de la ville.

 

C'est dans ce palais royal que vit la "Kumari" de Kathmandu, une des dernières déesses vivantes de la planète.

 'Durbar', la zone entourant les anciens palais royaux, est un ensemble de temples, pagodes, statues, fontaines, cours ouvertes, etc. datant principalement du XVIème siècle, et avant.

Il a beaucoup souffert du séisme de 2015, certains bâtiments sont écroulés, d'autres sont en travaux et bâchés, et la plupart des autres sont étayés. Comme dit "Le Routard", espérons que le prix du ticket d'entrée (8 €, gloup !) serve à la reconstruction. Vu l'état d'avancement des travaux, il y en a encore pour plusieurs dizaines d'années.

Il n'empêche qu'une balade parmi les centaines de palais, palaces, temples (ou arbre temple) pagodes et stupas encore debout est magique et que la ferveur religieuse des bouddhistes et des hindous reste intacte. Ne dit on pas qu' au Népal, il y a plus de temples que de rues et plus de fêtes que de jours dans l'année.

 

Dimanche 18 mars 2018    Bhaktapur  1400 m   ciel bleu   30°  /  12°

Nous quittons notre bivouac "de rêve" de Kathmandu pour nous rendre 13 km plus loin à Bhaktapur.

Par whatsapp, nos amis allemands  (www.seabridge-tours.de) nous conseillent le parking de la mairie,  juste en dessous de la ville historique - mouvementé durant la journée, poussiéreux, mais vide et calme dès 18h.

Cette ancienne capitale royale neware, petite ville de paysans et d'artisans, est  parsemée de palais, de temples et de superbes demeures et à voir le nombre de "jaunes" qui débarquent des bus dès 7h du matin (pour un peu, ils nous réveilleraient !), la visite de Bhaktapur mérite le détour !

 

Le prix d'entrée à la hauteur de nos espérances "12 €" - mais une fois à l'intérieur de la ville, nous sommes rassurés - notre argent est bien utilisé - sur le "Durbar Square" de nombreux travaux de réhabilitation sont en cours. D'ici 2 ou 3 ans, le centre historique de la ville devrait être comme au XVIe siècle, à l'époque de sa construction.

Bhaktapur est sans nul doute la plus belle ville de la vallée, la plus authentique et la plus fervente. Un véritable musée à ciel ouvert.

Mais pourquoi Ganesh, Dieu de la sagesse et de l'intelligence a-t-il une tête d'éléphant ?

Shiva, Dieu de la destruction a pour épouse Parvati. En rentrant de voyage, Shiva trouve sa femme en compagnie d'un beau jeune homme - furieux, il lui tranche la tête - sans penser un instant qu'il s'agit de son fils Ganesh qui a bien grandi durant sa longue absence ! Parvati promit de redonner vie à Ganesh en lui remplaçant la tête par celle du premier être vivant qu'elle croiserait sur son chemin - et ce fut un éléphant.

Durbar Square Bhaktapur

Le bassin royal entouré de cobras

Séquence érotique : pour les humains, on veut bien .....

mais pour les tortues et les éléphants, ils ont vraiment fait preuve d'imagination !!!

Nous passons plusieurs jours à nous promener dans les différentes ruelles de la ville et à marchander quelques babioles pour les enfants.

La Place Taumadhi Tole, entourée du Nyatapola Temple à 5 toits et du Bhairav Temple rectangulaire est magnifique et toujours très animée.

En ce moment, on y taille les essieux des chars géants qui vont animer les fêtes du nouvel an 2075  courant avril.

Dans la rue qui suit la place Taumadhi, un temple bouddhiste, petit, discret - mais on a bien aimé les sculptures dans les poutraisons du toit - surtout celles du docteur et du dentiste qui tiennent fermement leurs patients par les cheveux !!!!

A Pottery Square, les techniques n'ont guère changé depuis le moyen âge. Même si les petits tours sont électrifiés, les gros tours en pierre sont toujours "élancés" à l'aide d'un bâton et les fours de cuissons chauffés au feu de bois.

Ce matin, nous faisons notre petit tour habituel dans le centre historique, avant de reprendre nos activités habituelles : tri des photos et écriture du site pour moi, et lecture ou tricot pour Claude.

Mais ce matin, au bout du Durbar Square, la petite place généralement bien calme, est très animée, beaucoup de femmes et quelques hommes (danseurs) vêtus de bracelets, grelots, colliers et jupes colorées.

Habillées de robes, saris ou écharpes rouges, des dizaines de femmes font la queue devant des "hôtels" improvisés avec des plateaux remplis d'offrandes ; fleurs, légumes, fruits, riz, œufs, poulet et même quelques billets pour certaines.

En fait, on ne comprend pas grand chose - trop loin de notre culture - pendant que les unes déposent des offrandes sur des "masques" à l'effigie des dieux, d'autres récupèrent les aliments pour les mettre dans des sacs plastique !!!!!

Puis au son des tambours et des cymbales, les danseurs, maintenant harnachés de grands masques à crinière de lion, tournoient sous un soleil de plomb au milieu d'une foule attentive.

 

Mercredi 21 mars 2018    Nagarkot  Brumeux puis beau   alt 1900 m     20° / 12°

Le Routard écrit : "situé à 13 km de Bhaktapur, on rejoint la station d'altitude de Nagarkot par une jolie route de montagne" -  ça doit faire un moment qu'ils ne sont pas venus ; elle est complètement défoncée d'un bout à l'autre !. Belles cultures en terrasses sur les pentes de la vallée.

Quelques touristes à Nagarkot venu humer l'air des montagnes, mais pas de quoi remplir les dizaines de restaurants et d'hôtels - espérons qu'à la haute saison le village soit plus animé !

Quand les conditions météo le permettent, on peut voir la chaine de l'Everest, mais en ce moment la brume envahi tout, et faute de panorama, on doit se contenter du panneau....publicitaire !

On se fait quelques balades autour du village, et quelques fois, au détour d'un raidillon, on laisse le passage à ces pauvres femmes, chargées comme des bourriques.

Dans le restaurant, le va et vient des hirondelles nous fait patienter agréablement ; on va quand même s'écarter un peu du mur !

Je profite de l'après midi pour polisher les rayures sur la carrosserie, souffler les filtres et faire de menus entretiens.

J'en profite aussi peser ma bouteille camping-gaz de 3 kg (2,8 kg en réalité), surprise, après 4 mois d'utilisation, nous n'avons consommé qu'un Kg de gaz - pas besoin de chercher l'usine de remplissage, surtout que nous en avons une deuxième toute neuve !

En fait, depuis quelques jours, on s'embête un peu - il nous reste 2 ou 3 jours à tuer avant notre rendez vous chez le mécano à Kathmandu et vu l'état des routes, ça ne vaut pas la peine de trop s'éloigner - puis dès le lendemain on devra préparer le Sprinter pour son "étéage".

 

Lundi 26 mars 2015  Kathmandu   1400 m  Ciel bleu, puis pluie l'après-midi   25° / 12°

Nous avons rendez vous au garage pour effectuer la vidange moteur. L'accès est déjà un peu compliqué, et lorsque nous entrons dans la cours, on a l'impression de rentrer dans  une casse - tous les véhicules sont poussiéreux, la plupart sont démontés sans grand espoir des jours meilleurs et les herbes folles poussent au milieu des autres autos à l'état d'épaves.

Vu l'organisation et les restes d'outillage qui trainent dans la poussière, nous sommes bien contents de ne pas avoir plus de "mécanique" à faire.

Pendant que le "patron" va acheter l'huile, les jeunes décapitent un bidon de 5 litres pour vidanger - eh les gars, c'est pas une mobylette - il y a 12 litres d'huile dans le moteur !!!! Heureusement que je les surveillais, sinon c'était l'inondation assurée !!!!

Nous n'avons pas atteint de kilométrage conseillé par Mercedes, mais vu la teneur élevée en soufre dans le gasoil, il est vivement conseillé de rapprocher les vidanges.

iOverlander donne le garage comme lieu de bivouac possible - "poussiéreux, mais avec douche et Wc" - mais il ne reste que la poussière, le reste a disparu !

Je voulais aussi en profiter pour rincer mon boiler d'eau chaude avec l'eau sous pression,  mais l'eau aussi a disparu - alors, pas la peine de rester -  nous rejoignons notre bivouac près de la rivière qui sert d'égouts.

Lavage du véhicule, vidange et nettoyage des réservoirs, du filtre Katadyn, démontages et nettoyage de tuyaux d'arrivée d'eau qui ont noirci et préparation des bagages.

Nous rejoignons  notre station service / storage  et nous dépêchons de bâcher avant que les pigeons qui ont élu domicile dans la charpente, nous refassent la déco !!!!.

Ca y est, le paquet cadeau est terminé.

 

Mercredi 28 mars   Kathmandu  aéroport 

C'est parti pour 14 h de voyage, mais avec les 4h 45 de décalage horaire, nous partons en début d'après midi de Kathmandu et arrivons à Genève dans la soirée.

 

Bilan Népal 1er séjour :

Séjour:18 jours. Dépenses totales : 600 €  (hors avion aller = 1108 €  & parking à Kathmandu = 170 €)

Parcours au Népal :  500 km. Cumul depuis le départ "Asie" le 3 oct. 2016 : 31 400 km(58400 compteur)

 

Vacances d'été en France avec nos filles et nos 4 petits bouts de choux.

 

 

                                                                             Le voyage se poursuit en