INDE 3

 

Voir la page pratique

 

 

 

Capitale : New Delhi

 

 

 

 

Superficie : 3 287 000 km²

 

soit : 6 fois la France

 

 

 

 

Population : 1,3 milliards

 

400 hab / km² soit 3,5 fois plus qu'en France

 

 

 

Langues : Hindi ++++ et Anglais

 

Monnaie : Roupie = Rs

 

Inde 1 :    ___  Inde 2 :    ___   INDE 3 :   ___

 

Du 25  au  29 octobre 2018  Ciel bleu la nuit tombe à 17h30 

 

Nous entrons en Inde du Nord -Est. Moins d'une heure pour les formalités de sortie du Népal et d'entée en Inde, autant dire que c'est très simple.

Le nord-est de l'Inde est composé de huit  états (Sikkim, Assam, Arunachal Pradesh, Manipur, Meghalaya, Nagaland, Tripura). + le Bihar situé entre le Népal et le Bangladesh.

Un grand nombre d'habitants de ces états parlent des langues tibéto-birmanes et ont une culture proche de celle des autres pays d'Asie du Sud - Est et du Tibet.

 

En début d'après midi, nous faisons un stop rapide à Siliguri, (la grande ville après la frontière) afin de demander les permis qui permettent de visiter le Sikkim. Nous prenons la direction de Darjeeling et oh ! miracle, nous trouvons un terrain de foot (indien !!) pour se poser avant d'attaquer la montagne.....et il parait que ça monte !

Lorsque 4 / 5 gamins arrivent pour jouer avec leur ballon crevé et déchiqueté, on a pitié - un petit coup d'air comprimé dans le petit ballon qu'il nous restait et les voilà heureux !

A 9 h du soir, alors qu'il fait nuit noire depuis plus de 3 heures, des gardes arrivent en voiture et nous disent qu'il faut dégager car c'est un passage à éléphants ! Dégager pour aller où ; en dessous c'est une zone militaire et au dessus c'est abrupte .... Après notre refus, ils nous fichent la paix.... Et puis d'abord, si les éléphants passent par ici, pourquoi ils en voudraient à notre camion ? Y de la place pour tout le monde !

Nuit bien tranquille, mais c'est vrai que cette végétation - jungle dense, végétation luxuriante, tendres arbrisseaux, doivent faire le bonheur des  éléphants,

Après examen, les indices ne trompent pas,  : des trouées dans les fourrés et quelques crottes (anciennes) à proximité   - des éléphants sont déjà passés par là.

 

Darjeeling, ciel bleu, 20° / 10°

Darjeeling, le thé, ça vous dit quelque chose ? Ca fait longtemps aussi, que ce nom nous trottait dans la tête - et bien maintenant on y est !

Mais alors pour y arriver, ça se mérite - 72 kilomètres d'une route vertigineuse - où l'on grimpe de 2000 m sur les 40 derniers kilomètres.

Une circulation folle, des montées abruptes, des épingles serrées et des tronçons étroits où il faut s'arrêter pour laisser passer  les centaines de 4x4  les dizaines de camions qui descendent après avoir livré leurs marchandises....

Des dizaines de villages où l'on roule au pas et où on se serre comme des malades  pour ne pas frotter les vitrines,  écraser les innombrables piétons ou froisser les voitures qui arrivent en face - c'est chaud, ça passe souvent à quelques centimètres,  bon, parfois y a le rétro qui frotte un peu !

 

Darjeeling, ville de 120 000 habitants  s'étire le long d'une crête à 2100 m d'altitude.   Un réseau complexe d'escaliers et de rues abruptes  qui serpentent à travers la ville et des immeubles suspendus dans le vide.

Ici, ce ne sont pas les pneus qui sont cloutés, mais les rues pour ne pas que les voitures patinent !

Elle est entourée de verdoyantes plantations de thé dont la plupart ont été crées dans les années 1850 à l'époque de  la Compagnie Britannique des Indes Orientales. Le plus célèbre est son thé muscatel, connu pour sa couleur ambrée, son amertume tannique et sa saveur florale épicée.

Pas une place de parking (un seul à étage non accessible pour nous), aucun stationnement de prévu dans la ville (on ne peut même pas s'arrêter pour faire une course), même les bus doivent s'entasser pêlemêle devant les magasins !!

On se demandait bien pourquoi personne n'avait enregistré de bivouac possible sur iOverlander, et bien tout simplement parce qu'il n'y en a pas !!!!

Après 2 h de bouchons dans la ville - gens mal stationnés, piétons sur la route (évidement il n'y a pas de trottoirs) - sections qui ne croisent pas - trains qui coupent sans arrêt la route - on trouve finalement un stationnement en pente à 5 km de la ville - c'est pas terrible, c'est même pourri, mais on a rien trouvé de mieux !!!

Bon, on a quand même la vue sur les montagnes et le lever de soleil sur le majestueux Khangchendzonga (8 598 m), point culminant de l'inde et troisième plus haut sommet du monde - alors l'excursion qui part à 4 h du matin à Tigger Hill pour voir le lever de soleil, ils peuvent se la garder, nous on le voit depuis notre lit !

Ce matin, nous quittons le CCar de bonne heure pour rejoindre Darjeeling - à  peine avons nous lever la main,  qu'une "jeep taxi collectif" nous embarque et nous dépose à la gare routière du centre ville.

 

Nous  achetons une carte Sim 4G Airtel dans la première boutique venue, puis direction la gare pour réserver une place dans le  Darjeeling Himalayan Railway, petit train à vapeur, surnommé le "Toy Train"  -  et coup de chance, il y a encore des places pour le prochain départ.

Ce train, classé au Patrimoine mondial, effectua son premier trajet en 1881 sur des voies larges de 60 cm, toujours  en service.

Mais avant le départ, il faut remplir le "tank" d'eau, charger le charbon, enfourner et chauffer.

10 heures pile - longs coups de sifflets assourdissants, la vapeur s'échappe , c'est le départ -  mais dès que la pente s'accentue, la loco fume tellement noire que les riverains sont complètement asphyxiés ! .....Dans les wagons, fenêtres ouvertes, l'atmosphère enfumée devient irrespirable et quelques instants plus tard, nous sommes couverts de suie - on ressort de cette "joy ride" presqu'aussi noirs que le chauffeur qui lui chauffe, assis sur la loco. Le soir dans le CCar on sent encore le charbon brulé.

Le train serpente entre le côté gauche ou droit de la route et bloque momentanément la circulation et pas besoin de passages à niveau, un grand coup de sifflet et les automobilistes attendent bien sagement.

Les wagons frôlent les boutiques - pas la peine de tendre le bras pour se servir - il faut plutôt rentrer la tête et les bras pour ne pas heurter les marchandises !

Après un bref arrêt à "Batasia loop", là où la train fait une boucle complète pour monter en colimaçon, nous arrivons à Ghum, la plus haute gare de l'Inde.   

 

 

Aujourd'hui, nous retournons en ville avec le sac sur le dos pour y faire quelques courses - Impressionnant la quantité de petites échoppes et de marchandises qu'on peut trouver - même le dimanche, elles sont toutes ouvertes. Malgré tout, impossible de trouver du fromage ou des yaourts et pourtant ça doit bien exister !!!

 

On a même pensé aux cartes postales et aux petits cadeaux pour nos choupinous, Les boites aux lettres ne trompent pas, les anglais sont bien passés par là !

Mais dans ces ruelles pentues, les livraisons ne peuvent se faire qu'à dos d'hommes, ou de femmes plus précisément -  pliées sous les lourdes charges, elles cheminent vaillamment.

Reste aussi quelques jolis bâtiments  coloniaux britanniques, même si la plupart de ceux qui étaient construit en bois ont aujourd'hui disparu.

 

Depuis trois jours, sur la place Chowrasta, située au sommet de la ville, c'est le "Mountain Jamboree" de Darjeeling. Aujourd'hui dimanche, spectacles de danses, groupes de musiques qui s'affrontent et pour finir l'élection de Miss Darjeeling - mais avec tous les discours, les remerciements et les remerciements des remerciements, les spectacles tardent à démarrer et nous sommes obligés de partir avant l'élection de la Miss !!!!

Hier, nous sommes rentrés à pied par des sentiers et escaliers qui descendent d'Obervatory Hill (sommet de la ville), mais aujourd'hui, il est tard et comme nous sommes chargés comme des mules, nous redescendons à la gare routière et rentrons en Taxi Jeep (0,25 € / per).

 

Un chemin grimpe Observatory Hill, la colline au milieu de gigantesques cèdres du Japon depuis New Mahakala Market, à 300 m de Chowrasta square.

Sacrée pour les bouddhistes et les hindouistes, cette colline qui domine la ville  était le site de l’ancien monastère de Dorje Ling, qui donna son nom à la ville.

Plusieurs sanctuaires et d’innombrables drapeaux de prières marquent le sommet, où résonne le son des cloches de dévotion.

Aujourd’hui, les fidèles se rassemblent dans un temple pour honorer Mahakala, une divinité protectrice bouddhiste, également vénérée par les hindous en tant qu’avatar courroucé de Shiva le destructeur.

 

Lundi 29 octobre 2018

Munis de nos permis, on devait rejoindre Gangtok au Sikkim, mais la nuit porte conseil et ce matin on décide de ne pas y aller et de redescendre dans la vallée.....150 km aller / retour !

Marre des routes sinueuses, pentues, étroites et surchargées où chaque croisement est une épreuve, marre des villes où trouver 6m² de terrain plat relève du miracle - et pour quoi faire : visiter des monastères ; on en a vu déjà pas mal - la vue sur le Khangchendzonga ; on l'a eue pendant 4 jours - et pour les treks, il faut des permis et passer par une agence !

Pour redescendre de Darjeeling, nous prenons la très belle route de Teesta Bazaar qui offre des vues magnifiques sur les montagnes et la Teesta River.

Belle route, mais étroite avec des pentes et des épingles de débiles. D'ailleurs, en descendant, j'ai accroché  le bas de caisse gauche en serrant des rochers, une moto m'a accroché le bas de caisse droit (pour faire symétrique) et un camion militaire m'a décroché le rétroviseur droit - heureusement resté pendu par les fils (mais vous me connaissez, tout est déjà mastiqué, repeint et réparé), alors Gangtok, pas de regret......Il faut ménager la monture si on veut la conduire jusqu'en Australie !!!!

 

Hier, Myanmar Sense, l'agence qui doit nous faire traverser le Myanmar nous faisait un message pour nous informer que le groupe prévu le 25 novembre était annulé et reporté début décembre....

Aujourd'hui l'agence nous informe que le 25 novembre ils ont un groupe qui fait Inde / Myanmar / Inde - qu'on pourrait se joindre à eux les 7 premiers jours et continuer pendant 3 jours avec une autre escorte (moyennant supplément) jusqu'à la frontière Thaïlandaise.  On réfléchi, mais on va surement opté pour cette solution. Après on croise les doigts pour que les thaïlandais nous laissent rentrer !

D'autres agences nous propose des traversées vers les mêmes dates, mais en 4 / 5 jours (c'est la demande générale) pour limiter les coûts - un peu court pour visiter le pays !!!

 

 

Une fois dans la vallée, la chaleur revient, 30° en milieu de journée - mais on s'en fou, on roule avec la clim !

En se dirigeant vers l'état d'Assam, c'est la campagne paysannes - thé ou riz ou riz ou thé, rien d'autre.

Les routes s'élargissent, sont mieux entretenues et les conducteurs un peu moins énervés qu'en ville (enfin, on est toujours en Inde quand même !!!)

Sculptures éphémères - 

Station service invitation

 

 

                                     Le voyage se poursuit en